Les problèmes cervicaux, les différents types et leur traitements



         A lire: comment prendre soin de ses cervicales avec l'oreiller ergonomique en sarrasin. Le cou est formé de sept vertèbres, entre celles ci, se trouvent des disques intervertébraux. Ces disques renferment un gel qui donne au cou sa mobilité et qui lui permet de mieux absorber les chocs. Sans ces disques, les vertèbres frotteraient les unes contre les autres.
L'ensemble est entouré de muscles, de tendons et de ligaments, dont le rôle est d'assurer la stabilité, le soutien et la mobilité des articulations délicates de la colonne vertébrale.
Malgré ce mécanisme qui paraît au premier abord sans failles, les douleurs cervicales touchent malgré tout,  une bonne partie de la population adulte.
Les causes les plus courantes à l'origine de ces douleurs au cou, sont le vieillissement de la population ou encore les mauvaises postures répétées.
Parmi les problèmes cervicaux, on peut distinguer ceux qui entraînent des douleurs aigues et ceux qui entraînent des douleurs chroniques.


         Les tensions ou raideurs musculaires, les torticolis, ou encore l'entorse cervicale représentent les causes les plus courantes des douleurs aigues au cou, c'est à dire qu'elles durent peu de temps malgré le fait qu'elles soient intenses.
         Les tensions ou raideurs musculaires, sont dues à des gestes répétitifs tout en ayant une mauvaise posture. Cela peut notamment arriver lorsque l'individu reste trop longtemps avachi, sur son siège devant son ordinateur, sa télé, ou pour les musiciens devant sa partition essayant, tant bien que mal de la déchiffrer.
         L'entorse cervicale, communément appelée «coup du lapin» ou  «whiplash» peut survenir lors d'un accident de voiture, ou durant une activité sportive, lors de laquelle, le cou va de l'avant vers l'arrière trop brusquement.
         Le torticolis, qui est beaucoup plus fréquent et touche une bonne partie de la population, car il est très souvent dû à un niveau de stress élevé, résulte d'une contraction musculaire involontaire, d'un spasme, qui se produit à l'arrière du cou ou sur le côté. Ainsi, la tête reste coincée dans une position antalgique et tenter de la tourner entraîne une douleur intense et brutale. Tout mouvement du cou devient presque impossible. Pour éviter de se faire mal, il vaut mieux dans ce cas là, se munir d'une minerve.

        
         Les causes les plus courantes des douleurs chroniques, c'est à dire qui dure sur plusieurs semaines, voir plusieurs mois, sont l'arthrose des vertèbres du cou et la hernie cervicale.

  1. L'arthrose cervicale ou cervicarthrose est fréquente, elle atteint surtout les femmes de plus de 35 ans, et plus rarement les hommes qui, eux sont à l'abri jusqu'à leur 50 ans. La douleur est postérieur et peut irradier vers la nuque, l'arrière de la tête et le front, ou vers les épaules, et les bras ou le haut du dos. La cervicarthrose a des conséquences sur tout l'organisme, notamment des vertiges au moment de changement de position de la tête  peuvent en découler, ou encore des maux de tête, des bourdonnements d'oreilles et des problèmes mineurs de vision. L'arthrose cervicale engendre donc des douleurs irradiantes vers la face et le haut du crâne.
  2.  La hernie cervicale, il en existe deux sortes, la hernie cervicale molle et la hernie cervicale dure. La molle, concernant les plus jeunes, est dans 70% des cas, la conséquence d'un traumatisme du rachis cervical. Ces lésions sont accentuées par la répétition de microtraumatismes et le fait de porter des charges importantes.

         La hernie cervicale dure, du patient âgé, est une combinaison de dommages discaux et arthrosiques situés au niveau des articulaires postérieurs. Une hernie cervicale va bloquer un nerf et provoquer une douleur au niveau du bras. Selon le parcours de la douleur dans l'épaule, le bras ou la main, va permettre dés le début de définir une racine bien précise et l'étage de la hernie cervicale. La douleur peut s'accompagner de picotement, d'une décharge électrique, d'un fourmillement dans les mains,  ou d'une douleur au toucher cutané.


         Il existe donc plusieurs types de cervicalgies, cependant les douleurs qui en résultent, qu'elles soient chroniques ou aigues, restent similaires et s'accompagnent toutes, de picotements, de fourmillements, qui parcourent le bras, la main, les épaules. C'est pourquoi les traitements médicaux des problèmes cervicaux, malgré les différents types sont souvent identiques.
En effet, le traitement de toute cervicalgie, vise tout d'abord à soulager les

douleurs vertébrales et les névralgies. Ainsi, la clé de voûte du traitement reste le repos au lit, mais qui ne doit pas se prolonger trop longtemps sous peine de favoriser l'affaiblissement des vertèbres et de compromettre la mobilité normale des articulations du cou. 
Des médicaments anti-douleurs sont également prescrits pour soigner l'inflammation, tels que les analgésiques et anti-inflammatoires non stéroidiens. L'application de chaleur est également bénéfique pour atténuer la douleur. Ce traitement est généralement suffisant pour la plupart des cervicalgies.


         Il existe également des traitements sur le long terme, destinés à éviter les rechutes et à soigner les douleurs persistantes. Il s'agit de massages, de séances de kinésithérapie, du port de la minerve, ou encore d'un collier cervical.
         Le traitement chirurgical, est utilisé en dernier recours, si et seulement si, le traitement médical a échoué. Car le traitement chirurgical, notamment pour la hernie cervicale, consistant à injecter des corticoïdes, est un traitement à risques, par exemple un risque de paralysie.


         Ainsi, les sept vertèbres du cou sont très soudées entre elles, mais également très fragile. Le corps humain, de par sa fragilité, doit être manié avec soin.
         C'est pourquoi, il est conseillé, de s'installer confortablement devant son écran d'ordinateur, à quelques centimètres raisonnables, de ne pas s'avachir et de s'étirer le cou de temps à autre, pour éviter toute douleur.
         Il est vivement conseillé également, de ne pas porter de charges trop lourdes, de bien se couvrir la nuque pendant l'hiver, à l'aide d'une écharpe ou d'un petit foulard.
         Il faut également penser à évacuer le stress, en faisant du yoga, ou des exercices de relaxation afin d'éviter tout problème cervical. Cela permettra également de mieux dormir sans douleurs au réveil en complément d'un bon oreiller cervical.
         Quant au cou du lapin, qui reste imprévisible, le port de la ceinture dans son véhicule peut, non pas prévenir, mais limiter les dégâts.
         «Mieux vaut prévenir que guérir», si cet adage était plus respecté, les  kinésithérapeutes n'auraient pas à vous tordre le cou !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Finissons-on en avec les douleurs cervicales

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.